-?- ABC du collectionneur

La valeur d'une oblitération


 

Combien vaut ce timbre avec cette oblitération étoile numéro 35 ? La valeur d'une oblitérationD'après le catalogue  Mathieu de 1987, elle cote 100 francs (35 francs  avec une oblitération plus commune). Mais pour monsieur X cette pièce est indispensable pour compléter sa collection et il est prêt à la payer 200 francs. Par contre, monsieur Y en possède déjà une, et, à plus de 50 francs, ça ne l'intéresse pas. La valeur donnée par le catalogue est une chose, le prix de vente ou d'achat en est une autre. L'acte de vente est avant tout un compromis entre un vendeur et un acheteur. Le premier souhaite obtenir le prix le plus élevé et le second désire acheter au prix le plus bas. Le prix final dépendra en particulier de

la qualité de la pièce

la rareté de la pièce proposée. Si le vendeur possède dans ses albums un stock important  de la même pièce, il acceptera plus facilement de vendre en dessous de la cote.

la passion du collectionneur qui est souvent prêt à faire des folies pour compléter sa collection.

la marge du vendeur.

la capacité à négocier du vendeur et de l'acheteur.

la somme qu'est prêt à dépenser le collectionneur. Plus la valeur de la pièce est grande, plus la remise est importante.

la santé du marché philatélique (actuellement en crise)

Ainsi, les pièces achetées seront rarement payées à la cote. La valeur d'une oblitérationEt cela d'autant plus qu'une pièce ne cote pas la même chose suivant le catalogue que l'on utilise. Exemple : le 20c noir Cérès de 1849 est coté 350 francs chez YVERT, mais seulement 300 francs chez Cérès. Par contre, la remise consentie sur la cote YVERT sera sensiblement plus élevée que sur la cote donnée par le CERES. Pourquoi une telle différence ? Explication : le catalogue CERES cote au plus près des prix pratiqués sur le marché.

Une remarque avant de terminer : le philatéliste, au cours de sa vie de collectionneur, occupera souvent la position de vendeur.

 


© Guy Maggay 1997-2016
- 00-index -